Journal de transition – Mars 2020 – Confinement


Confinée, dans le Morvan.

 

Roussillon, le dimanche 15 mars, 19h25 :

Arrivée à Roussillon vers 12h30.

Vacances : Depuis vendredi midi, je suis en vacances pour 10 jours, vacances spéciales « élections municipales » : je tenais à pouvoir voter ici, d’où le choix de la date. Voter ici, ça fait parti du « jeu » du processus d’installation dans ce village, ça contribue à me faire connaître un minimum, à faire en sorte que des gens sachent associer mon nom à mon visage, à mon adresse, que je ne reste pas une anonyme toute seule dans son coin, une « parisienne » de passage, sans « relation ».
Alors j’ai voté et on m’a remis ma carte d’électrice par la même occasion.

J’ai été récupérer mes nouvelles clés chez mon voisin « gardien des clés ».

De retour chez moi, j’y ai trouvé une partie de l’équipe de l’association Terrabitat, qui va peut-être m’aider à rénover la maison de façon « pertinente », tant sur le plan financier, énergétique qu’environnemental, ou encore sur le plan de l’économie locale (faire travailler les artisans du coin).

On a fait en partie le tour de la maison (ils reviendront faire une visite complémentaire prochainement – ps, 28 juin 2020: le confinement a tout retardé, la 2nde visite n’a pas encore été faite), le bilan est globalement rassurant. Le gros œuvre est toujours en bon état. L’avancée de toit Ouest aurait bien besoin de quelques petits soins cette année, mais rien d’extravagant. On va peut-être en partie « démonter » le plancher du grenier pour faire l’isolation du plafond de la cuisine (enlever les tomettes et le remblais sous les tomettes, stocker les tomettes pour d’éventuels autres travaux ailleurs). Ce sera peut-être isolé avec de la paille, peut-être avec un chantier participatif.

Ma nouvelle porte, posée par un artisan de Roussillon, me fait bon effet. Une porte en bois, semi-vitrée, c’est impeccable. La nuit finit de tomber et la porte est entrouverte pour laisser respirer le feu.


Photo de l’automne 2019.

Salpêtre : Quand je suis entrée, j’ai trouver un peu de salpêtre (moisissure) sur une bonne partie du plafond de la cuisine.
Le moisi est aussi un peu partout ailleurs dans la cuisine : sur la table, les chaises, les fenêtres, l’oreiller et le traversin dans l’armoire à linge…. Et il en reste un peu partout à nettoyer.
Les murs sont encore blancs, mais un peu mouchetés.


Un des meubles les plus affectés, il était calé contre le mur Nord.

Les chambres ne sont pas affectées, donc c’est juste dans la cuisine, et un peu dans la salle de bain, que ça « respire » mal, y compris mes meubles. C’est peut-être la nouvelle porte, beaucoup plus étanche, qui modifie l’équilibre hygrométrique.
D’abord, j’ai cru que tout mon linge de lit, toutes mes couvertures étaient bonnes à jeter, je me voyais déjà devoir repartir, faute de pouvoir dormir ici… Et puis non, les couvertures sentent juste un peu le moisi, sans être abîmées.
Faudrait les emmener dans un lavomatic, mais va savoir si les lavomatic sont encore ouverts…

Confinement : J’ai appris le passage en phase 3 ce matin, au réveil. J’avais pris la route le samedi après-midi, j’étais chez mon cousin d’Oyonnax. Il faut qu’on limite les déplacements, qu’on s’abstienne de toute visite ou déplacement non-indispensables. Mais voter, c’est un devoir, n’est-ce pas ? Et les élections sont maintenues.
Donc j’ai fait 200km (Oyonnax-Roussillon) pour voter, et je pense que je retournerai en Haute-Savoie, à la date prévue, quand j’aurai fait mon ménage.
Je suppose que les élections ici seront jouées dès le premier tour, vu qu’il n’y a qu’une seule liste, du coup je n’aurai peut-être pas à attendre le 2nd tour dimanche prochain pour repartir.
Je n’ai fait la bise à personne, serré la main à personne, gardé une certaine distance.

Travail : depuis début novembre 2019, j’ai repris un job d’aide ménagère. Je travaille 17H/semaine, je cumule mon salaire et l’AAH, ça me permet d’envisager de pouvoir faire faire une partie de mes travaux de rénovation cette année.
Ce sera peut-être l’isolation du plafond de le cuisine, et la pose d’un poêle à bois d’occasion, en attendant de pouvoir financer soit un poêle bouilleur à bûche, avec plaque de cuisson, ou un simple poêle à bois avec plaque de cuisson… [ps, juin 2020 : mais tous les systèmes de chauffage avec « bouilleur » fonctionne avec de l’électricité et deviennent inutilisables quand il y a une coupure de courant, donc bof].
Quoi que si l’épidémie est aussi grave que ce que certains médecins l’annoncent (c’est embêtant, ils ne sont pas tous d’accord…), si des gens meurent aux portes des hôpitaux italiens (info Europe 1), je ne vais peut-être pas pouvoir travailler 7 mois comme prévu d’ici l’été… J’ai travaillé 4 mois jusqu’ici. Je travaille chez des gens valides, j’ai même un client pompier… Mes interventions n’ont rien d’indispensables… Mes vacances vont peut-être être plus longues que prévues.

 

Lundi 16 mars, 7h :


Levé du soleil.

Température au levé : 11° dans la cuisine.

Couchée vers 21h30 hier soir, je me suis réveillée à 23h30, rechargé le feu, et puis je ne me suis pas relevée de toute la nuit.


En hiver, à l’heure actuelle, vaut mieux dormir à côté de la cuisinière. Dans les chambres, c’est trop froid.


Mon installation pour la nuit: peaux de mouton, tapis de connexion à la terre (relié à un piquet de terre, à l’extérieur, pas celui de l’installation électrique de la maison), le manteau en peau lainé, au cas où, et manque la chaufferette (?), une petite brique chauffée sur la cuisinière, enveloppée d’une serviette, au fond du lit, pour les pieds.

Symptômes : J’ai mal à la gorge depuis hier soir, comme une angine, alors forcément, je psychote.
J’ai aussi des courbatures dans les épaules et le haut du dos, mais j’ai trimballé pas mal de trucs lourds hier après-midi (ex : secouer énergiquement de grandes couvertures en laine, c’est physique).
J’ai eu aussi un peu mal à la tête pendant tout le début de la nuit, alors forcément je psychote.
Est-ce le corona ? Vais-je me retrouver bientôt clouée au lit, grelottante et fiévreuse, dans une maison où il faut mettre du bois dans le feu toutes les 2H pour maintenir la température au-dessus de 11° ?
Si c’était le corona (ou la grippe), j’aurais des courbatures partout, pas juste dans les épaules.
Et j’ai pris une micro-dose d’amanite muscaria à 20h hier, c’est peut-être juste un petit effet secondaire qui indique que je ferais bien d’espacer d’avantage les doses (toutes les 48h depuis novembre, je vais peut-être passer à tous les 3 ou 4 jours).
Ou bien l’aération laissait trop à désirer et je manquais d’oxygène ? Parce que je ferme la porte la nuit…. Quoi que j’ai échoué à la fermer à clé, youpie (serrure capricieuse?)…. Alors j’ai fini par aller ouvrir la fenêtre de la chambre Nord (j’ai échoué à ouvrir les fenêtres des WC et de la salle de bain : le bois a trop gonflé) et j’ai laissé la porte de la chambre entrouverte.
Le mal de tête est passé. J’ai plutôt bien dormi, à l’exception d’une petite insomnie d’une heure environ (potentiel effet secondaire d’une surdose d’amanita muscaria ?).

Adaptation au stress mondial : Pour la première fois de ma vie, je me sens globalement en phase avec la situation mondiale.
Pour la première fois de ma vie, j’ai la sensation que tout le monde galère autant que moi, voir d’avantage, que tout le monde stress autant que moi, tout le monde, c’est à dire même les hommes blancs cadres supérieurs de plus de 50 ans.
J’ai même un avantage par rapport à la moyenne : moi, j’ai l’habitude de me comporter en autiste (doublée d’électrohypersensible), j’ai l’habitude d’avoir une vie sociale réduite, d’éviter les sorties en lieux publics (pleins de smartphones) et de gérer mon stress toujours supérieur à la moyenne au quotidien (éviter de partir en cacahuète à la moindre porte qui claque).
J’écoute Europe 1, on déconseille le jogging en groupe, on déconseille de faire la razzia sur le PQ et les pâtes dans les supermarchés et toutes ces info me font soudain éclater de rire « C’est trop bon ! ».
J’avoue.
Paix et bénédictions aux défunts.
Je n’ai jamais autant entendu parler de « solidarité » dans les grands médias.
Tous les collapso qui doutaient un peu d’eux-même et de leurs « théories fumeuses » jusque là doivent halluciner d’avoir eu autant raison.
Il va y avoir beaucoup moins de monde dans le ciel et sur les routes et sur les rails, tout va être tellement plus calme, tellement de gens vont mieux dormir, tellement d’animaux ne vont pas mourir écrabouillés sur les routes…
Pour la première fois depuis que j’ai consciemment commencé cette « transition » il y a plus de 3 ans, j’ai le sentiment que le monde entier est autant en transition que moi.
Je croise les doigts pour que les activités ne reprennent pas trop « normalement » une fois l’épidémie passée.
Je croise les doigts pour que plein de compagnies aériennes et d’agences de voyage aient fait faillite et ne soient pas remplacées après l’épidémie, que leurs employés se recyclent dans le maraîchage, l’arboriculture, les transports hypomobiles, l’élevage de porcs bio en plein air, la fabrication de chaussures low-cost artisanales en cuir local sans plastique (l’artisanat d’art, à 300 euros la paire de chaussure, c’est bien joli mais ça ne remplace pas les baskets et autres chaussures chinoises à 20 euros dont se chausse la majeure partie de la population)…
Je croise les doigts pour que tous les maires de France soient en train de se poser la question de l’approvisionnement et de l’autonomie alimentaire de leur commune en cas de crise nationale et mondiale longue durée (par quoi remplace-t-on les bananes et le supermarché vide?), qu’ils finissent par tomber sur la page facebook et le site web de l’association « sos maire » et leur livre « face à l’effondrement, si j’étais maire ».

Hier, j’ai été la dernière cliente d’Intermarché à la sortie d’Autun, à 12h25. J’avais oublié d’amener du café, je croyais ne plus en avoir chez moi, et passer une semaine de vacances sans café, voir une semaine de « confinement » non seulement sans internet mais aussi sans café, ça aurait été très raisonnable, mais très tristounet.
Je prévoyais d’aller prendre une dose de wifi et d’internet à l’auberge durant la semaine, mais les bars et restaurants sont fermés…. J’irai peut-être tenter ma chance à la mairie…
A Intermarché, j’en ai profité pour acheter un peu de rab de chocolat noir bio. J’en ai amené une bonne dose, mais vu le niveau de stress et de chamboulement à cause du confinement et du virus, j’ai préféré voir large.


Le long café du matin, dans la mélior… Et avec f.lux pour rendre l’écran de l’ordinateur orangé et protéger mon métabolisme, ma synthèse de mélatonine et mes yeux de la lumière bleue de l’écran.

Addictions : Le café et le chocolat sont mes deux seules vrais « addictions ». Je peux m’en passer, j’ai déjà testé, mais au bout de quelques jours, quelques semaines, mon cerveau devient et reste horriblement blaaaaaah et morose. Un jour faudra que je m’y attaque, à ce petit soucis, un jour j’y serai peut-être forcée par les circonstances (pénuries)…. Un jour je récupérerai peut-être tellement ma santé que, hop, comme par magie, mes addictions tomberont d’elles-mêmes, mais d’ici là, je m’efforce de les maîtriser (réduire la conso au max, opter pour de la qualité plutôt que pour la quantité…), sans m’échiner à les éradiquer.
L’écriture, elle, ce n’est pas une addiction, c’est un besoin. L’écriture sur l’ordinateur, je peux la remplacer par l’écriture sur papier, mais j’aurais du mal à remplacer le papier, en cas de ruptures de stocks et de production : le papier ferait parti des choses qui me manqueraient le plus, ainsi que les stylos.

L’écriture, en tant qu’autiste, c’est un vrai besoin pour moi, ça m’aide à penser, à me souvenir, et donc à apprendre, autant qu’à communiquer, c’est un peu comme le fauteuil roulant du paraplégique. Le paraplégique peut vivre sans fauteuil roulant, mais il faut alors qu’il se fasse de sacrés muscles pour pouvoir se déplacer à la force des bras, ou bien qu’il se résigne à passer ses journées assis ou couché, à la merci des personnes disposées à, et capables de le déplacer, ou bien qu’il apprenne la menuiserie, pour se fabriquer son propre fauteuil (voir bûcheron « à bras », plutôt qu’à pied, pour s’approvisionner en bois). Moi, sans papier et stylo, faudrait que je réinvente l’encre de Chine, la plume, le parchemin, le papyrus? Et que j’apprenne à gérer l’hygrométrie d’une maison, pour être sûre que mes écrits puissent durer un peu sans moisir…
Faudrait que je me renseigne sur les méthodes des égyptiens et des chinois de l’antiquité, en prévision ? Je suis sûre que des survivalistes bushcrafteurs y ont déjà travaillé et qu’il existe des livres sur le sujet, comme sur la conservation des aliments sans frigo…

8h30 : j’ai fini mon très grand et long café.

Je voulais laver 2-3 torchons, mais ma lessive-maison a figé durant la nuit.


Faire défiger la lessive.

8h40 : voilà qu’Europe 1 parle d’autonomie alimentaire et d’AMAP à une heure de grande écoute… Voilà voilà….

L’artisan qui a posé la porte va passer voir ce qui coince avec la serrure.
C’est fou ce que cette maison me force à être sociable….

Je fais de la tisane. Mes bâtons de réglisse et mon anis vert ont moisi dans leur paquet craft, non-entamé, dans mon joli buffet Emmaüs vernis. L’anis étoilée, par contre, est intacte (papier craft, non-entamé), ainsi que la rose (paquet craft plastifié, entamé), et j’ai amené de la lavande. Ca devrait aider la gorge et l’humeur.


Parait que jadis on appelait ça de la cervelle de chat: gomme de cerisier, qui n’a pas moisi, dans le buffet.

9h30, ça fait 3h que je suis levée, que j’ai allumé le feu.
Il fait 13° dans la cuisine, j’ai gagné 2° en 3h, et le soleil ne promet pas trop de briller aujourd’hui. Il revient demain, je pourrai aérer à gogo.

10h10 : l’artisan est passé pour la serrure. Il y avait juste une astuce à choper : claquer doucement la porte pour la fermer, puis relever la poignée bien à fond avant de tourner la clé.
C’est simple.
Pas de poignée de main, distance de sécurité.
Décidément, ce virus rend autiste, ou donne le droit de l’être à fond, ça a du bon.

13h : info Europe 1, certains terminaux des aéroports d’Orly et de Roissy vont fermer.
Trop bon.

Ménage, 16h30 : j’ai commencé à faire plein de ménage : buffet nettoyé (intérieur & extérieur, sauf l’arrière contre le mur et par en-dessous), plafond nettoyé au-dessus du buffet et au-dessus de la table de la « cuisine » sur laquelle je fais cuire des trucs en été + la table en question (dessus/dessous) + le sol en-dessous et le mur derrière. Nettoyé au savon noir, passé en partie au vinaigre blanc (pas chaud, sans sel).
Rien que ça, ça a dû me prendre 4H.
Moi qui suis sensée être en vacances.

On se rend compte que c’est chouette d’être payé pour faire du ménage quand on le fait gratis chez soi.

Symptômes : Le mal de gorge persiste, voir empire. Ca fait mal quand j’avale et j’ai une sensation de gorge sèche qui est apparue, donc je psychote. J’ai bu ma tisane pendant toute la matinée (pas loin d’1L).
Je prends des gélules d’environ 500mg de vitamine C par-ci par-là, je vais peut-être essayé de monter en dose.
Faut que j’aille chercher du bois au garage.
Je vais siroter un cacao au miel du Morvan sur mon perron, sous le ciel gris.

18h : Je sirote à nouveau un cacao au miel et à la cannelle, avec 1g de vitamine C, après avoir lavé mon sol avec une dilution de vinaigre blanc et un peu d’huile essentielle de lavande et lavandin.
J’ai appelé ma mère et d’après elle, qui écoute beaucoup les infos, le mal de gorge de type angine ne fait pas parti des premiers symptômes du corona.
Bon.
Alors tout va bien.

18h45 : je suis fourbue, j’ai fait plein de ménage, c’est normal que je sois fourbue mais je psychote quand même. Est-ce que ce sont des courbatures bizarres ou bien ?

Mardi 17 mars 2020, 6h35, Roussillon :

Ca doit décidément être une petite rhino-pharyngite. Hier soir mon nez a commencé à se boucher.
J’ai pris un remède de sorcière qui m’a permis de passer une nuit plutôt bonne et ce matin j’ai encore un peu mal à la gorge, le nez encore un peu pris, mais c’est tout.

Mon programme pour le jours prochains reste de faire du ménage autant que possible dans la cuisine. Il me restait environ 50cl de vinaigre blanc quand je suis arrivée, il m’en reste 40cl, j’irai peut-être en racheter à la biocoop, en profiter pour voir s’ils en ont en vrac.
Probable que je rentre en Haute-Savoie dimanche comme prévu.
L’agence d’aide à domicile avec laquelle je travaille s’organise pour que les interventions puissent se faire « sans contact ». Je verrai bien si mes clients maintiennent mes interventions ou pas.

Écriture & Psychédéliques: Et je continue à travailler sur un gros article pour mon nouveau blog entièrement dédié aux psychédéliques : « la communauté psychédélique : où sont les punks ? » https://psychedeliqueshome.wordpress.com/2020/04/17/communaute-psychedelique-ou-sont-les-punks/ , un gros bébé de 12 pages (sans les illustrations), en voie de finition, avec plein de références de sociologie et d’ethnologie.


Souvenirs de mes années « punks ». Une petite partie de ma collection de CD indé.

Bois, 12h30 : ça y est, j’ai 15° dans la cuisine. Mon stock de bois ne tiendrait pas 15 jours de confinement, je pense, d’autant qu’il me reste beaucoup de chêne et qu’il s’obstine à brûler péniblement. J’alterne avec un peu de feuillus sans aubier, mais j’ai beaucoup plus de chêne que du reste. C’est embêtant. Faudra que je repasse commande de bois dès mai-juin, cette année. Si je pouvais trouver un stock garanti sans chêne, ou avec très peu de chêne, ce serait l’idéal.

Confinement : Les Champs-Elysées sont « clairsemés » (info RTL), presque pas de voitures ni de passants.
Hôpitaux de Mulhouse saturés, « le temps est suspendu ».
148 morts en France, + de 6000 personnes contaminées.
13H … Ville fantôme… L’esapce Shengen et plein de pays ferment leurs frontières… Nécessité de se déplacer avec une attestation de déplacement…

Ménage,17h20 : j’ai fait assez peu de ménage aujourd’hui. L’état de mon plafond me désespère un peu, ou j’en ai trop fait hier et maintenant je veux mes vacances. C’est laborieux, tous ces recoins, même si le salpêtre s’enlève facilement. Je me suis attaquée au tiers du plafond le moins touché : le tiers Sud. Le côté Nord est le plus vilain.

Symptômes : Je suis franchement enrhumée, je me mouche toutes les 5 minutes.
J’ai quand même réussi à aller acheter du fromage de chèvre, des œufs et un pot de terrine de porc à la Ferme. Je n’a pas éternué ni reniflé pendant que j’étais dans la boutique, heureusement.
Le gros article de 12 pages ce matin fait maintenant 14 pages.

Vacances prolongées : J’ai appris ce matin par SMS que, finalement, mon agence d’aide à domicile annule toutes les interventions des 15 jours à venir.
Je reprendrai donc peut-être le travail le 1er avril ?

Mercredi 18 mars, 5h10 :
Couchée tôt hier vers 21H, réveillée vers 4h45.

Psychanalyse : Et de bon matin Europe 1 nous annonce l’intervention d’une psychanalyste pour nous expliquer comment ça va se passer pour les gens confinés, les divorces à venir, tout ça.
Youpie.
On leur dit que la psychanalyse est une fake-news ?
5h50, Catherine Blanc, sexologue et psychanalyste… pour parler « psycho ». Bah voyons.

Symptômes, 12h : Je n’ai presque plus mal à la gorge, maintenant c’est le nez qui coule et coule et coule.
Les 12 pages de l’article sur les punks sont devenues 16 et, toute enrhumée que je suis, j’en suis arrivée à comparer les punks au microbiote intestinal. Je crois que c’est un des trucs les plus pointus que j’ai écrit (le pire, c’est que je suis sérieuse!).


En mode ménage.


Nettoyage en cours (et peinture moche pas du tout respirante qui serait à poncer).

Vendredi 20 mars, 5h30 :
Hier, meilleure énergie, le rhume s’atténue, j’ai réussi à nettoyer tout le tiers de mon plafond le plus atteint par le salpêtre, côté Nord. J’ai ai fait même plus du tiers, en tout, donc il m’en reste 1/6ème à faire ce matin, puis nettoyer le manteau de la cheminée, quelques chaises…
A la mi-journée, je pourrai me laver les cheveux, il n’y aura plus de risques de faire tomber du salpêtre dessus.
Demain, je pourrai faire relâche en matière de ménage, peut-être donner 2-3 coups de pioches dans des ronces sous mon cerisier, autour de ma terrasse.

Hier soir un voisin s’est arrêté devant ma porte pour se présenter, me souhaiter la bienvenue. Ca faisait un moment qu’on était « ami » facebook, il m’a passé le numéro du gars qui lui livre son bois. On a bien sûr respecté les « gestes barrières ».

Je vais quand même essayer de voir si je peux faire rentrer du bois sec pour rester ici pendant tout le temps du confinement.

Confinement, 7h : Info Europe 1 : la filière agricole demande à ce que les français désœuvrés puissent venir remplacer les saisonniers étrangers qu’on fait d’habitude venir en cette saison pour ramasser certains légumes…
Trop bon. Ca pourrait donner naissance à plein de vocations de retour à la terre. Trop bon.

Symptômes, 8h : le nez coule beaucoup moins et se débouche, mais voilà que je me mets à toussoter.
Simple petit encombrement matinal causé par le rhume en phase terminale ?

12h10, Info Europe 1 : « on est dans une économie de pays pauvre, et c’est ça qui est inquiétant », (dixit un médecin ou autre).
Ca botte bien le cul, ça.

14h : J’ai appelé mon père ce matin, il a l’air d’aller bien. Il n’a pas la télé, ni internet, juste la radio, comme moi. Il lit beaucoup, comme d’habitude. Comme la bibliothèque est fermée, il a été emprunter des livres à l’un de ses frères.

L’Etat « informe » : J’ai fini par appeler le numéro dédié à l’info sur le Corona, d’après la personne qui m’a répondu, les symptôme du virus, c’est toux, fièvre, difficultés respiratoires. Ou bien on peut être asymptomatique. Je lui ai raconté qu’hier à la radio un médecin a expliqué que certaines personnes ont pour unique symptôme la perte du goût. Elle ne savait pas, apparemment. Ca rassure, n’est-ce pas, des gens si bien informés ?

16h : j’ai fini l’essentiel du ménage.

Parfum : J’ai mis une touche de Jardin de Bagatelle sur mes mains. Ca fait chic. Un flacon miniature chiné sur une brocante il y a peut-être 9 ans de ça. Toujours en état.

Samedi 21 mars, 6h40 :
Symptômes : Le nez va mieux, j’ai encore bien dormi, mais je recommence à avoir un peu mal à la gorge, mais je ne tousse toujours pas, sauf pour désencombrer la gorge de ses glaires, et je n’ai aucune difficultés respiratoires.

Corona : 18h15 : Info Europe 1, Patrick Pelou, médecin urgentiste, annonce que les médecins doivent intuber beaucoup plus de malades jeunes de 40-50 ans que prévu, qu’il y a d’avantage de malades de 40-50 ans en état grave que de personnes âgées.
Pourquoi-comment est-ce que cela ne m’étonne pas ?
C’est peut-être pour ça qu’on fait un tel foin : parce que ce virus ne touche pas juste les personnes très âgées grabataires, mais beaucoup aussi les hommes actifs, de type cadre dynamique.
Ca fait des semaines qu’on voit passer des infos dans ce sens sur facebook, en provenance de Chine et d’Italie, et soit disant attention aux fake-news, il faut se confiner pour protéger nos pauvres papy mamy, bah voyons…
Les personnes très âgées sont aussi à risque que d’habitude, par contre les gens qui sont au gouvernement, eux, par contre, sont beaucoup plus à risque de morfler que d’habitude, et de morfler d’avantage qu’avec une simple grippe. D’habitude, la grippe, ils s’en sortent, eux, mais là peut-être pas.

19h : instauration d’un couvre-feu dans certaines villes du Sud… Trop bon j’avoue, trop bon.
Beaucoup de gens vont déguster le calme. Je pense à tous ceux qui souffrent du bruit de la circulation routière, aérienne, ferroviaire…
Bon, dans les HLM, ça risque de vite devenir l’enfer, par contre…. Bruits des voisins à fond…. Je compatis….

19h55 : un médecin sur France Inter explique que ça pourrait être intéressant de tester des gens à grande échelle, par exemple des gens ayant des symptômes un peu « frustres », comme un « petit rhume »….
Ah, donc les symptômes du rhume pourrait être des symptômes de Corona virus ?
Mais ce n’est pas ce que dit le numéro d’info dédié au corona !!
What the fuck ???!!!

PS : Finalement, j’ai repris le travail le 12 mai. J’ai pu toucher un chômage partiel et continuer à mettre des sous de côté pour ma maison et finir mon gros article/« essai » sur les punks et les psychédéliques. https://psychedeliqueshome.wordpress.com/2020/04/17/communaute-psychedelique-ou-sont-les-punks/

Quelques autres photos du mois de mars:


Les résultats de mon test 23&ME. Je suis très européenne du nord-ouest.


Dans les Bauges, pour le thé, avec ma mère, à la chocolaterie Gaël Jacob, à Lescheraines.
Très très recomendable!


Légumes d’hiver, chou rouge.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s