Journal de transition – Octobre 2018

Au menu:
Maison-buvette et grand-mère paternelle.
Laine et Emmaüs
Sol de la chambre sud-ouest, début de la récupération des tomettes
Dossier ANAH, gain énergétique et aides financières très conditionnelles
Atelier d’écriture à domicile, association La Peurtantaine
Connexion à la terre et maison de retraite
Géobiologie, phénomène de résonance
Bois
Nourrice de Jean Cocteau
Transition et jeu vidéo
Seidr, chamanisme scandinave, « high seat » et perron
Association La Cafetière, concert
Connexion à la terre, quelques symptômes de la vie hors-sol et d’hyperélectrosensibilité

Lundi 1er octobre 2018, 5h35, Roussillon :

Tombée du lit. Couchée tôt, levée tôt.
Hier, c’était le dernier jour de validité de mon assurance pro de naturopathe.
J’ai discuté pendant 10 minutes avec des gens du bourg, des voisins, qui se promenaient à pieds et se sont arrêtés devant chez moi. J’ai raconté que j’ai déjà remarqué que, devant chez moi, c’est un peu l’endroit où l’on cause : des gens se croisent en voiture et s’arrêtent pour papoter. Peut-être pourrais-je faire une buvette, m’a-t-on dit ! Même le voisin qui doit me livrer du bois était de passage… Ca aide à se faire connaître, une maison pareille. Elle va devenir mon poisson-pilote, mon assistante de sociabilisation.

J’y ai repensé après, l’idée de la buvette, ça m’a rappelé ma grand-mère paternelle qui habitait au bord de la route, dans un petit village des Ardennes, et qui faisait « buvette » les jours de foot, vu qu’elle habitait juste à côté du terrain de foot. Elle avait toujours du café ou autre chose à offrir aux visiteurs et il y en avait souvent, visiblement, des visiteurs, vu l’affluence le jour de son enterrement.
On pourrait peut-être vraiment faire un café associatif, par exemple, un « Café Santé », avec des jus de légumes et des tisanes, comme ça on ne risquerait pas trop de faire de l’ombre à l’Auberge, et on ouvrirait uniquement quand l’Auberge serait fermée.

Hier, à Emmaüs, j’ai acheté 3 grandes couvertures en laine, des pulls en laine, un châle en laine et soie, un panier à chien en osier (qui deviendra panier à chats) et des mules vintage en corde, fourrure et soie peinte. J’aurais pu acheter 2 ou 3 fois plus de couvertures, je me suis retenue, vu que je n’ai nulle part où les ranger pour le moment.

J’aurais pu acheter des meubles et me les faire livrer mais il y a un tel bric-à-brac là-dedans que j’en avais un peu le tournis, de me demander ce qui pourrait aller chez moi et de devoir y penser en compagnie de plein de smartphones.
En tout cas c’est ze place to be, le dimanche après-midi, à Etang-Sur-Arroux.

Hier j’ai fait un grand feu, après le coucher du soleil, dehors, pour brûler le grand tas de ronces, d’orties, de chardons, d’herbe sèche que j’avais accumulé devant la maison depuis mon arrivée il y a 15 jours.

Ou plutôt, j’ai fait un petit feu, que j’ai alimenté petit à petit avec le gros tas, parce que ça n’aurait pas été prudent du tout, de tout brûler d’un coup, il y avait un peu de vent. Ca m’a pris quasi 1H.
Maintenant il y a des nuages.

Au programme de la journée, aujourd’hui, je retourne en Haute-Savoie, via Bourg-en-Bresse, où je vais faire une visite.
Hier soir j’ai passé en revue le répertoire de mon téléphone, j’ai réalisé que c’est une sorte de collection de tous les gens que j’ai perdu de vue depuis 10 ans. Ca ne m’a pas vraiment remonté le moral. Lol.
Je vais reprendre la chélation, ça me remontera le moral un peu plus assurément.
Jeudi, ma voiture passe le contrôle technique, on va croiser les doigts pour qu’elle le passe à moindre frais.

Vendredi ce sera moi qui passerai le contrôle technique, je vais faire un check-up chez mon médecin, après 8 mois de chélation en toute autonomie, faut que je m’assure que tout roule, surtout au niveau du foie, des reins, des neutrophiles (comme j’ai eu testé le DMSA et qu’il a la réputation de faire baisser les neutrophiles, bon, faut vérifier).
Ce matin, en rouvrant l’eau au compteur, dans la cave (je ferme l’eau le soir pour que la plomberie vétuste ne reste pas sous pression toute la nuit, au cas où), je me suis à nouveau sentie tentée de venir dormir là. La cave est semi-enterrée, faudrait que je vois comment elle se comporte au niveau phonique. Mais là, ça sent encore l’humidité, à cause de la petite inondation du début du mois.
Oui, j’envisage de dormir dans une cave, pour être au plus près de la terre, au moins pour voir.
Quand on est passionnée par la « connexion à la terre »…, bah on est passionné.
Le seul hic, c’est qu’on est dans une région concernée par le radon, donc la cave pourrait être particulièrement concernée par le radon et du coup je ne testerai peut-être jamais…
Bref, on verra.

Lundi 8 octobre 2018, 19h, Roussillon.
A y est, j’écris sur une table, je mange sur une table, je suis assise sur une chaise. J’ai enfin un peu l’air civilisé.

J’ai amené la table et 3 chaises (toutes en pin) hier, de la « récupération », avec un aspirateur acheté à Bazar Sans Frontières à Annecy.
Je n’ai toujours pas d’écoulement, d’eau chaude, de doubles vitrages acoustiques, de bois de chauffage…, mais on avance.
Aujourd’hui j’ai repassé un coup de serpillière avec de l’eau bien chaude (je crois bien que le savon noir que j’ai utilisé au début laisse une pellicule sur le carrelage, ça le ternit et ça pourrait avoir un effet un peu « cirage », autrement dit gêner la respiration du sol).

Je me suis attaquée à la moquette de la chambre sud-ouest et j’ai découvert que, non contents d’avoir mis une moquette, les anciens occupants/proprio (?) avaient mis un lino en-dessous, pour faire bon poids (bien étouffe-sol). Et bien entendu, le lino est collé quasi partout sur les tomettes. Je serais moins en forme, j’en pleurerais, tellement c’est triste, laid, tellement ça pue et tellement ça va être un casse-tête à récupérer, si c’est récupérable.

Un moderno-moderne me dirait « te fatigue pas, casse tout, coule une dalle en béton, pose du plancher flottant ! ».
Arrrrr. Vade retro satanas.

Dans la chambre Nord, les tomettes sont magnifiques. Pas toutes neuves mais magnifiques. Je ne m’attendais pas à avoir autant de luminosité dans une chambre orientée plein nord, surtout vu le papier peint un peu chargé. J’ai l’impression que les tomettes font un peu un effet miroir. Le lustre de la terre cuite ?

Je me fais des pommes cuites, avec un peu de sucre et de cannelle. Première fois que je me fais un peu de « cuisine ».
Faut que je signe le devis du couvreur, quasi comme il est (il y a juste une ligne à virer, je me dépatouillerai moi-même du vague feuillet isolant qui part en morceau sous partie de la couverture).
Faut que j’essaye de trouver au moins un plombier pas trop débordé, capable de venir me faire un devis.
Faut que je fasse faire des devis pour la pose d’un petit poêle à bois label flamme verte, avec tubage du conduit de cheminée en prime.
Quand je fais du feu, puisqu’il n’y a pas de VMC/aération, la cuisinière tire beaucoup d’air dans la pièce et au bout d’un moment faut aérer.
Du coup pour le moment je vais juste m’habiller un peu chaudement.
Si on ne m’a toujours pas livré du bois d’ici la fin de la semaine, je passerai commande de bûches compressées quelque part, peut-être à SimplyFeu, qui a un dépôt à Chalon-Sur-Saône, où l’on peut passer prendre les commandes directement soi-même, pour éviter de payer la livraison.
Et je ferai une petite flambée juste un peu le soir, quand il commencera à faire vraiment froid.
Là il fait 16,5°, ça va encore.

J’ai eu au téléphone l’entreprise de Châlon qui va m’envoyer un expert pour le dossier ANAH de demande d’aide financière pour les travaux d’isolation. Puisque je suis un foyer « très modeste », j’ai droit à 60% d’aide, + quelques aides annexes (soit 13.500 euros maximum), sur un budget de 20 000 euros max (tout surplus serait à ma charge), dont quasi 1000 euros d’expertise.
Si on pense à tous les dossiers ANAH qui nécessitent forcément 1000 euros d’expertise, on se dit que ce ne sera pas mon petit dossier tout seul qui coûtera le plus cher à la communauté.
Décidément, à partir du moment où la communauté me donne le droit à 13.500 euros, ça lui coûterait moins cher de me les donner directement sans tortiller du popotin, sans expertise, ça économiserait du temps, de l’énergie et de l’argent à tout le monde.

Mardi 9 octobre, 18h30, Roussillon :

Ce matin j’ai appris qu’il y a un atelier d’écriture en ce moment à La Peurtantaine, l’asso-gîte à moins d’1km de chez moi.
C’est peut-être le genre de truc auquel je pourrais participer (si les gens acceptent d’éteindre leur smartphones?), quand j’aurai un peu moins de choses à faire par ailleurs, comme arracher un lino et gratter des tomettes, réussir à faire réparer ma plomberie… Le jour où je pourrai prendre un bain dans cette maison, ce sera tellement un événement que, exceptionnellement, je prendrai un bain avec un verre de vin rouge bio sans sulfites, pour fêter ça.
Donc je suis passée faire coucou à La Peurtantaine, où les châtaigniers larguent des bombes.
J’ai réalisé qu’il y a des châtaigniers partout, par ici. Ca fait beaucoup de dîners gratis, si j’arrive à trouver le temps d’aller ramasser.
Il y a quelques jours, j’avais trouvé la page facebook de La Peurtantaine, avec l’annonce d’un chantier participatif, début septembre. J’avais envoyé un petit mot pour dire que c’était dommage que je l’ai loupé, ça aurait été l’occasion de faire connaissance avec des voisins.
A défaut de chantier participatif, dans l’immédiat, j’y ai récupéré un numéro de téléphone de plombier. C’est précieux, les téléphones de plombier.
On a parlé tissu associatif. Ma famille me disait « va pas te perdre dans le Morvan, c’est le désert ! ».
En fait non, pas du tout. C’est vivant ! Ca remue ! Faut s’approcher d’un peu près, peut-être, pour s’en apercevoir. Ce n’est pas (encore) aussi « énorme » qu’en Drôme ou en Ardèche ou dans le massif du Pilat, mais il y a du « potentiel », comme disent les agents immobiliers. Pour grandir, ça demande juste de l’attention, de l’huile de coude… Un peu comme mes tomettes : pour les récupérer, va juste falloir que j’y passe du temps. Beaucoup de temps.
On m’a parlé de l’association-lieu La Cafetière. On m’a appris qu’il y a des profs de qi-gong dans le coin.
Et puis j’ai déjeuné à l’auberge du village, de sandre et de frites, mon premier vrai repas digne de ce nom ici. J’ai lu en mangeant, bien comme il ne faut pas. Le « Food of the Gods », de McKenna, a fait office de petit verre de vin. Ce gars était génial, faut le dire.

Voilà, je fais mon atelier d’écriture à domicile. L’exercice est périlleux : raconter des rencontres avec des gens qui existent vraiment, qui pourraient me lire, respecter les limites de leur anonymat qui ne sont jamais que plus ou moins relative, à partir du moment où ils décident d’avoir une activité plus ou moins publique.

Cet après-midi, j’ai fait un mini tour express dans les gorges de la Canche. J’étais tombée amoureuse des gorges de la Cance, en Ardèche, l’année dernière, entre Annonay et Sarras.
Là, on dirait un peu sa petite sœur.

J’ai fait une visite à Chaleur Bois, à Autun, pour demander un devis pour une pose de poêle à bois. J’ai bien peur que leur prix soient trop élevés pour moi mais j’ai besoin de devis et ils ont des Brullerjan, qui me sont bien sympathiques, même s’ils sont un peu légers et ne font pas masse. J’aimerais un poêle un peu arrondi.
Je suis aussi passée à la maison de retraite où vit l’ancienne copropriétaire de la maison, Mme C.. J’ai déposé le carton de vieilles photos de famille qui avait été laissé dans la cuisine. La personne de l’accueil a trouvé ça très gentil mais a préféré que je ne rencontre pas Mme C. tout de suite parce qu’elle n’est pas sûre qu’elle soit au courant que sa maison a été vendue. Il vaut mieux éviter de causer un éventuel choc à la vieille dame, d’autant qu’elle ne me connaît pas.
J’attendrai un peu, mais j’aimerais bien la rencontrer, j’aimerais qu’elle me parle de la maison, connaître un peu son histoire.

Connexion à la terre:
A la maison de retraite, j’ai vu les sols plastiques, les chaussures plastiques des résidents. Même moi je deviens sénile dans des conditions pareilles. Faudrait faire des expériences très sérieuses : mettre des personnes âgées en maison de retraite de plein pieds, sur des « vrais » sols naturels et des chaussons en laine et cuir, ou des chaussures plein cuir… Ma main au feu qu’on verrait des résultats bluffants (sur la tension artérielle, la mémoire, l’équilibre, la régulation thermique…). La mise à la terre du corps sur le plan électrique, c’est magique, c’est la vie (voir le site du Eearthing Institute http://www.earthinginstitute.net/research/).

Ensuite je suis passée à CrocNature, à deux pas de là, le magasin bio d’Autun, plus grand que celui à la sortie de la ville, avec des prix nettement plus sympa, faut avouer. On m’a créé un compte fidélité.
J’ai donné l’adresse de la maison. Officiellement, sur les cartes, le lieu dit ici c’est « Provencière », moi je préfère dire « La Provencière ». Pour moi c’est la maison, « La Provencière », pas juste le lieu-dit. Je me demande d’où sort ce nom. J’ai lu sur Wikipédia que Roussillon en Morvan tient son nom d’une famille noble qui venait de Roussillon en Provence.
Souvent, quand je donne le nom de mon patelin, je me trompe, je dis « Roussillon en Provence ».
Récemment, j’ai découvert le phénomène de résonance en géobiologie, les phénomènes de résonance entre les choses de même forme, de même nom peut-être aussi ? Le phénomène de résonance, c’est ce qu’on évite avec des doubles vitrages acoustiques, dont les vitres sont d’épaisseurs différentes. Si les vitres sont d’épaisseurs identiques, là ça résonne.
Pourtant le Morvan n’a pas grand chose de la Provence, sauf cette année, avec ses fougères cramées, ses bébés sapins de Noël cramés, ses pâtures jaunies, ses lacs qui font comme celui d’Annecy et reculent…

Ce matin, à La Peurtantaine, on a parlé environnement, vu que c’est un peu le thème central de l’association, du moment (de ma vie, faut dire!), on m’a expliqué que ce qui assèche en partie le Morvan, c’est la plantation massive de sapin Douglas, des résineux qui ne restituent pas les 300L d’eau qu’ils pompent tous les jours.
Un chêne, ça respire, ça sue, ça rend ses feuilles en automne, en plus de faire de belles charpentes qui résistent bien aux ravageurs et aux parasites, contrairement aux conifères.
Je me suis encore arrêtée à Bricomachin avant de rentrer, acheter un chouilla de bûches compressées, un cuter en métal, des lames spéciales lino, un couteau (plat)/grattoir de peintre/à enduit avec un manche en bois, pour gratter mes tomettes.
Et enfin je suis passée à la chèvrerie.
Je commence à prendre mes marques, des petites habitudes, je commence à connaître des prénoms de voisins. C’est précieux, je me sens un peu moins comme une étrangère.
Le voisin qui va me livrer du bois m’a même expliqué qu’il s’est débrouillé pour trouver du bois encore plus sec que le sien, chez un collègue, et que c’est pour ça que la livraison prend un peu de temps. Royal. Je veux bien attendre pour la bonne cause.

 

Mercredi 10 octobre, 17h35 :

A y est j’ai du bois !!! Je suis joie !!
Et du coup j’ai un truc de plus à faire : ranger le bois !! [ps: en janvier 2019, je n’ai toujours pas rangé le bois! Depuis octobre, j’ai découvert Jonna Jinton, une youtubeuse suédoise qui montre parfois son propre tas de bois pas du tout rangé, du coup je me sens moins seule!).

Cet après-midi, j’ai passé 2h chez une voisine, une amie de l’ancienne propriétaire.
L’enquête sur l’histoire de la maison avance donc. Ca me fait une sorte de carte de visite (en + de mes vieilles cartes de visites de naturopathe, que je recycle ici en précisant bien que j’ai arrêté la naturopathie), un sujet de conversation (en + du pourquoi comment j’ai arrêté la naturopathie et de comment je compte reprendre l’aide à domicile).
« Est-ce que vous connaissez ma maison ? Son pédigré, ses anciens occupants… ? ». Il y aurait déjà de quoi en faire un roman.
J’ai besoin de la connaître comme on a besoin de connaître un nouveau patron, un nouveau collègue. C’est aussi un peu comme quand on marche : vaut mieux regarder où l’on met les pieds plutôt que de marcher au petit bonheur, faut apprendre à connaître le terrain pour savoir où l’on va et comment on va y aller (sandales, chaussures fermées, avec ou sans talon…).
L’élément historique le plus remarquable, c’est que l’une des grand-mères de l’ancienne propriétaire a été la nourrice de Jean Cocteau. Je pense que c’est le genre de chose que je peux raconter sans risquer de heurter des sensibilités. Il y a prescription.
Et il y avait souvent de l’eau dans la cave – ça, ça m’embête un peu, et des couleuvres – ça, ça m’embête moins.
Mais moi qui aime les endroits marécageux, là je suis un peu servie, avec le bout de terrain marécageux et le ruisseau qui passe à l’ouest de chez moi et mon terrain qui a tendance à retenir l’eau et à attirer les couleuvres… Mais c’est quand même bizarre, pour une maison où il y a souvent eu de l’eau, les murs n’ont pas l’air humides, il n’y a pas d’odeurs de moisi, d’humidité…

Jeudi 11 octobre 2018, Roussillon, 11h30 :
A y est j’ai une fosse septique !!
A la mairie, j’ai croisé le fils de mes voisins « du bas », qui a pu me donner des renseignements sur l’emplacement de la fosse, c’est royal, du coup je sais à peu près où chercher et je peux aussi aller voir mes voisins qui sauront peut-être me montrer l’emplacement de la trappe plus précisément.
J’ai aussi appris qu’il y a une « buse », une source, probablement sur mon terrain, dans le champ derrière la maison. A moins qu’elle soit en contre-bas sur le terrain marécageux qui appartient toujours aux gens qui m’ont vendu la maison, on ne sait plus trop…

Tout ça, toute cette aventure d’installation dans le Morvan, c’est vraiment un peu comme un jeu vidéo, sauf que c’est réel mais ça fonctionne un peu pareil.
Le nom du jeu c’est « ma ferme autonome » et le but du jeu, c’est de réussir à créer une ferme relativement autonome, qui fonctionne en coopération avec les voisins.

Là j’en suis au premier niveau.
Ou bien peut-être déjà au deuxième.
Le premier c’était « trouver la ferme et l’acheter » : quête immobilière, prospection, consultation des annonces immobilières, visites, apprendre à reconnaître la maison qui convient au projet (évaluation de l’état du gros œuvre, situation géographique, exposition, géobiologie…).
Le deuxième, c’est « l’emménagement » : mettre en route la maison, les « flux », l’eau, l’électricité, le chauffage, le téléphone… Faire ou faire faire les travaux indispensables… Mettre en place le réseau social, qui va être aussi un « flux » : celui de l’information locale –qui va aider à trouver le plombier, le bois.., et celui de la chaleur humaine, puis plus tard celui de l’entraide au besoin, du troc, éventuellement, si on arrive à se présenter correctement, sous un jour suffisamment propice, si on a amassé suffisamment de compétences au niveau…, euh, du prologue ?
Après, il y aura le troisième niveau : création du potager pour viser, à terme, une certaine autonomie en fruits et légumes, l’accueil des visiteurs, mise en place d’un troc de services avec les voisins… Et dieu sait quoi d’autre…
La quête de l’information sur l’histoire du lieu peut faire figure de « stratégie » pour faire connaissance avec les habitants des environs, se présenter, se faire connaître, récolter toutes sortes d’informations annexes potentiellement utiles (artisans, emploi, magasins…), et qui sait, un jour prochain, non seulement se sentir chez soi et être confortable, mais aussi avoir des amis ?
Vraiment comme dans un jeu vidéo, il s’agit d’aller parler aux personnages qu’on croise, en étant aussi cool et amicale que possible, en espérant tomber sur un maximum de gens cool et amicaux et en espérant éviter de tomber sur les méchants « boss »… Mais en sachant aussi que si on tombe sur un « boss » c’est que le jeu estime qu’on a déjà assez d’armes adaptées pour les affronter et pour sortir de la confrontation avec des points en plus… Et dans ce jeu-là, il n’est pas question de guerre ni de combat à mort. C’est d’avantage un jeu de société et, au final, en réalité, une quête initiatique.
Et justement à la mairie, j’ai appris qu’avec les noms de rue qui ont récemment été créé, j’habite maintenant au 1, route de Jeuzot. J’aurais bien gardé « Provencière » mais le jeu et les eaux, c’est bien aussi.

19h15 :
Je viens de voir deux gros camions passer à toute allure devant chez moi, ils descendent de Jeuzot, où ils s’activaient à raser une vieille ruine. Sur la remorque d’un des camions, il y avait une pelleteuse et, du coup, ça doit vouloir dire qu’on va arrêter de voir de gros camions faire les allées-retours pour charger les gravats, emmener les gravats… C’est soit ça, soit le chantier du futur poulailler du Gaec de la Ferme de Roussillon qui avance…
J’étais à Jeuzot hier, pour ma visite à l’amie de Mme C., juste à côté des travaux… J’ai réalisé que c’est bien peuplé là-haut, on m’a dit environ une cinquantaine de maisons, et les seuls gens de là-haut qui respectent la limitation de vitesse devant chez moi ça doit être ceux qui regardent ce qui s’y passe, en passant… Il y a trois jours, tôt le matin, avant le levé du jour, j’étais déjà debout, la lumière allumée, une voiture a calé devant chez moi.
Tellement ils ralentissent pour voir, ils calent !!
Je préfère encore ça à ceux qui klaxonnent avant de prendre le virage, tellement ils vont vite et tellement ils s’imaginent que klaxonner va faire ranger tous ceux qui arrivent en sens inverse… Oui oui, bah voyons, c’est cela, voui. On appelle ça de la pensée magique, et puis c’est dangereux de rouler aussi vite (j’en ai vu un déraper tout seul dans le virage plus haut, juste après avoir klaxonné, c’est ballot, un peu plus et boom dans le fossé), en plus d’être un truc illégal, hein (bon, déjà qu’ils grillent au fer rouge la limitation de vitesse, un truc illégal de plus ou de moins, hein, bon…).
Est-ce que je dois me demander si un jour, si ça continue comme ça, je vais en retrouver un encastré dans ma façade ?? Faut que je fasse un mur, ou bien ??
Le panneau « 50 » ne sera respecté que le jour où l’essence coûtera un bras, je pense. Là, on se dira que c’est peut-être bien finalement, de respecter la limitation de vitesse. Hein.
Donc je souhaite qu’un jour l’essence coûte un bras et ce jour-là, je m’achèterai un cheval de traie pour aller faire les courses, comme le gars de « Journal de marche » https://1ersauvage.wordpress.com/ , sauf que j’ai une étable et 6000m2 de pré, je ne prévoie pas du tout de faire SDF à cheval.
Ou bien je ferai des « sittings » sur la route, en protestation, jusqu’à ce que tout le monde comprenne bien qu’il y a quelqu’un qui vit là, quelqu’un qui est susceptible de faire des sittings quand ça lui chante, puisque la route est à tout le monde, elle est bien à moi aussi, après tout…

Cet après-midi, je me suis attaquée au buisson de ronces à côté du perron et je l’ai à peu près achevé. J’ai réfléchi au cours d’eau qui se forme quand il y a un gros orage et que ça ravine tout le long de la route au-dessus de chez moi, jusque dans ma cave.

Bout de racine d’un pied de ronce.

J’ai cherché avec quoi je pourrais faire un peu barrage, digue. J’ai trouvé de gros rondins derrière, j’ai ramassé 2-3 grosses pierres, dont une vraiment très grosse dont le transport exceptionnel avec mes deux petits bras de nana a fait ralentir un gars qui passait devant chez moi.
Je me dis que les gens d’ici doivent bien se marrer, en me voyant faire mes petits travaux avec ma petite pelle et mon petit seau et ma petite faux… Non je n’ai pas de débroussailleuse et je n’en veux pas, non je n’ai pas de tondeuse et je n’en veux pas (à moins que ce soit une hélicoïdale SILENCIEUSE), non je ne veux pas de tronçonneuse et je n’en veux pas, etc…

Bon, je finirai peut-être par louer, voir acheter ceci cela, en fonction du budget, comme je finirai par acheter des meubles d’occasion, comme je l’ai expliqué à Mme G., au Jeuzot,… au cas où elle aurait de vieux meubles dont elle n’aurait plus l’usage, elle ou un voisin, moi je veux bien acheter ce qui me plaît d’occasion (pas juste le premier truc qui passe, quand même), surtout si ça peut débarrasser des voisins… idem les outils…

Après une journée bien remplie, avec des travaux un peu physiques, dont environ 1h30 passée à gratter très énergiquement une bonne couche de plâtre (ou d’enduit?) sur environ 7 tomettes (à raison de 7 tomettes à l’heure, j’aurais peut-être fini dans un mois??)… Je me rends compte à quel point un bon petit verre de vin est le bienvenu pour atténuer un peu la fourbutude…

Je comprends mieux les ouvriers et paysans d’antan qui buvaient tant de « rouge » : ce n’était pas tant de l’alcoolisme, à la base, qu’un traitement anti-douleur (eh oui, à dose relativement modérée, l’alcool est anxiolytique et analgésique).
Va falloir que je m’achète du Boswellia serrata pour ce genre de fin de journée, ou de l’Harapaophytum, ce sera plus cohérent pour mon foie. La curcumine c’est bien aussi mais c’est cher et puis au bout de 3-4 jours de curcumine, je me mets à avoir des brûlures d’estomac.

J’ai commencé à écrire des « petits » articles pour le site de l’association Coeur d’EHS, à destination des électrohypersensibles qui ont besoin de conseils pour améliorer leur santé.
J’avoue que maintenant que j’ai arrêté ma tentative de pratique pro, je jubile un peu à l’idée de ne plus faire que du bénévolat. J’aime bien donner. C’est plus simple. Ca enlève un grosse pression inconfortable.

Vendredi 12 octobre, Roussillon, 12h15 :
Ce matin, je peux dire que j’ai récupéré 0,65m2 de tomettes, après environ 4h de travail (répartis entre hier et ce matin), sans compter l’enlèvement de la moquette et du lino.
Une fois nettoyée simplement à l’eau, dépoussiérées, elles sont toutes belles.
Je suis franchement fière, j’avoue.

21h : Aujourd’hui, j’ai continué mes petits travaux de terrassement. Ce matin un gars d’un magasin de poêle à bois est passé pour me faire un devis. Un plombier est passé en fin d’après-midi, faut refaire toute la plomberie à neuf. On pourra peut-être garder le vieil évier en céramique, ou pas. Et les gens de la Cafetière se sont arrêtés en passant, pour papoter avec le plombier (ici c’est l’endroit où l’on cause, je vous dis). Du coup ils m’ont rappelée qu’il y a concert dimanche soir, à 18h à la Cafetière. Un groupe de Perpignan. Je trouverai peut-être des gens avec qui papoter de Thierry Casasnovas, de Montescot, du cru ?

Hier en débroussaillant, j’ai trouvé un bout de mue de couleuvre et j’en ai retrouvé deux autres aujourd’hui sous l’évier, dont une entière. Carrément sous l’évier. On m’a dit « c’est bon signe ».
Perso j’adore. Le dessous de l’évier communique avec la cave. J’ai aussi trouvé un bout de mue à la cave. J’adore. J’ai hâte de trouver ma première couleuvre dans la maison, pour pouvoir la prendre à la main pour l’emmener dehors, ou bien pour la ramener à la cave ?! La première petite que j’avais trouvé, je l’avais transportée de l’autre côté de la route, en croyant bien faire. Bourde, donc, sorry.
Oui oui, je veux bien cohabiter avec des couleuvres (tant que personnes ne me les fait avaler), elles sont sûrement de bonnes prédatrices de plein de choses.

Dimanche 14 octobre, Roussillon, 12h45 :

Petit apéro solo (là où il y a de la gêne…). Vin rouge bio sans sulfites (au cas où vous vous demanderiez quoi m’offrir, un jour prochain).
Grand vent. Ca souffle fort. C’en est impressionnant. On se croirait en bord de mer. J’ai entendu il y un jour ou deux à la météo, à la radio, que le vent allait tourner à l’ouest, apporter de l’eau et une grosse dégringolade de température. Là, je ne sais pas si c’est du vent d’ouest, ça semble tournoyer un peu, en tout cas ça déménage et la température reste très agréable, comme un vent chaud de tempête du sud. Je suis pieds nus dans ma cuisine, sur du carrelage, et les pieds au frais restent confortables (je porte quand même 2 pulls en laine).
J’ai un peu de bordel dans mon champ de vision, face au perron, à la route, de la lumière et quelques premières couleurs d’automne, mais à peine, des couleurs qui se mêlent à celles de la sécheresse, si bien qu’on ne sait trop dire ce qui tient de l’automne ou du climat.

Et dire que, sous ma « terrasse », je stock de l’eau, éhontément. La cuve que j’ai découverte il y a environ 2 semaines s’avère être une cuve de récupération d’eau de pluie et lisier. Il faudra probablement y puiser avec des seaux. Je n’ai pas trouvé de robinet, d’écoulement. Mais je n’ai pas encore tout défriché autour, à voir.

Ce soir c’est concert à La Cafetière, à environ 1km d’ici. Si on m’avait dit il y a 10 ans que je viendrai vivre dans un coin paumé, mais à 1km d’une salle de concert associative… Bah j’aurais répondu « bah of course, évidement, normal quoi ! ». A l’époque je vivais à 500m des Tilleuls, un café-concert, à Annecy, je me sentais comme bénie des Dieux.
Un voisin d’Aigreveau, un lieu-dit en contre-bas, au sud, s’est arrêté devant chez moi ce matin pour se présenter, dire bonjour et signaler le concert.
Moi je faisais mes gélules de combo DMSA-ALA. J’en ai des 25mg qu’il faut que je divise en 2, pour faire du 12,5mg (à la louche, à vue de nez). Assise à ma table, face au perron, à la route, porte grande ouverte pour faire de l’air.
Cette maison a décidément un potentiel de buvette où il fait bon s’arrêter papoter 5 minutes.

Mon perron, il me fait penser au High Seat de la tradition Seidr – ou Seith, tradition chamanique scandinave. Certains auteurs parlent de l’importance su « haut-siège » dans cette tradition, certains auteurs parlent de l’importance du bâton, d’autres encore de l’importance du « mead » (hydromel dont la recette mystérieuse est perdue) servi dans une corne de vache.

On pourrait aussi parler de l’importance de la plume de rapace (comme dans la tradition nord-américaine) ou de la bouteille d’huile, comme en géobiologie…

Terrence McKenna en parle, du « mead », dans son « Food of The Gods ». Le bâton, on va dire que c’est un peu le bâton de Gandalf, dans le Seigneur des Anneaux et le High Seat ça peut être par exemple celui sur lequel s’assoie Frodon, à la fin de la première partie du Seigneur des Anneaux… Tolkien était un fin connaisseur des « Saga », de la mythologie et des langues scandinaves, en plus d’être un fan de champignons, comme ses Hobbits, visiblement.

Dans environ 3 semaines, je devrais avoir Internet [ps: en janvier 2019, je n’ai toujours pas internet], j’ai hâte, je pourrai regarder les Reines du Shopping en streaming, ou bien les infos, ou bien écouter de la musique sur Deezer et refaire du bénévolat sur les groupes de discussion « santé » facebook. J’aime vraiment ça, le bénévolat, en fait. J’arrête pas de dire, avec un grand sourire – aux gens qui me disent « oh quel dommage d’avoir arrêté la naturopathie » – que maintenant, les conseils sont gratis ! C’est gratuit, donné de bon cœur, gratos, conseil d’amie !

Alors de quoi se plaint-on ?! Les mêmes conseils, exactement les mêmes, à zéro euro de l’heure au lieu de 30.
Venez prendre le café, ou autre chose, ou bien invitez-moi chez vous à prendre la café ou la tisane et on papotera, on fera du partage d’expérience (parce qu’on sait toujours plus de choses qu’on ne le croit, oui, même vous), j’apprendrai beaucoup, vous aussi, et vous pourrez me demander mon avis sur tout ce qui vous chante. Je le donnerai bien volontiers, en bonne miss-je-sais-tout que je suis devenue (parce que lorsque j’avais 5 ans, non, j’étais juste mutique en société, d’autant plus qu’à l’époque on ne me demandait pas grand chose, à vrai dire).
Ou bien on fera du troc : je vous troquerai des conseils en nutrition pour traiter votre maladie auto-immune, ou autre chose, en échange de conseils en matière de plomberie, ou autre chose.

Ouhla… Les premières feuilles mortes volent, ainsi que la poussière sur la route, la terre des champs desséchés, le bâton qui tient les volets de l’entrée quand je m’en vais, et le fil de la ligne 220V qui se balance… Le ciel se voile, la bouteille se vide (un peu) (oui, j’ai une âme de punk, en vrai, j’écris ce texte en pensant à tous les gens qui vont venir au concert de ce soir à La Cafetière et qui, eux aussi, même s’ils n’osent pas l’avouer, ont une âme de punk ou de rockeur, au moins à temps partiel)…

 

Lundi 15 octobre, 6h :
J’écris beaucoup trop. Je vais devenir la gazette de Roussillon.
Hier soir, à 18H, c’était concert à La Cafetière, une grande maison pleine de cachet et lieu d’accueil associatif. Je serais bien restée jusqu’au bout mais il y avait trop de smartphones !
Beaucoup de gens = beaucoup de smartphones.
Va falloir que j’explique aux voisins mon petit soucis d’électrohypersensibilité, histoire qu’ils ne s’imaginent pas que je suis juste une sauvage qui part sans dire au revoir parce qu’elle est trop mal élevée.
Et je n’avais pas prévu de rentrer à la nuit, alors j’y suis allée à pied et tout le monde m’avait dit que c’était à deux pas, en fait non (au moins 2km? Je suppose que personne n’y va jamais à pieds ??), surtout quand on se goure de chemin en rentrant à la nuit, en craignant la pluie qui menace quand on n’a pas de parapluie, sur une route qu’on ne connaît pas avec juste une petite lampe led de porte-clé.
A part ça je me serais crue aux Tilleuls à Annecy, ou bien à la salle des fêtes de Bellecombe en Bauges. Ambiance conviviale, des jeunes, des moins jeunes, des gosses, des gens que je ne connais pas qui m’appellent déjà par mon prénom, un petit jardinet où fumer, prendre l’air, patouiller le chat, faire une pause sans trop de smartphones…

Connexion à la terre: 
J’ai flashé sur les carreaux de ciment de la grande cuisine-bar et j’ai passé un long moment à méditer sur les Converses noires de la chanteuses : j’avais les mêmes à une époque et j’ai pensé déminéralisation, stress chronique, fatigue chronique, conséquences de la vie hors-sol isolé de la terre sur le plan électrique… J’ai imaginé la chanteuse avec des chaussures de flamenco plein cuir à l’ancienne et ma main au feu qu’on l’aurait entendue et sentie taper du pied jusqu’au fond du jardinet avec des chaussures pareilles… Les carreaux de ciment n’auraient peut-être pas survécus. Alors que là, avec du plastique au pied, on est comme avec des boulets aux pieds et on se demande pourquoi on est tout stressé tendu fatigué, avec des boulets aux pieds qui nous en font bien baver tout le temps, et pourquoi la vie semble si dure, et triste et sombre, alors qu’on a tant de fougue, tant de feu en soi, et pourquoi c’est si difficile d’arrêter de fumer, du coup… Mais des boulets aux pieds tout le temps, c’est une telle source de stress que, forcément, il faut des trucs pour compenser, calmer, détendre, tout le temps… Surtout qu’il y a non seulement les chaussures en plastique, les chaussons en plastique, mais aussi les matelas des lits en synthétique, les couettes en synthétique, les vêtements en synthétique, l’asphalte en ville, les planchers flottants, les moquettes… On est plombé de partout, et je ne vous parle même pas des trucs qu’on nous met dans les dents, littéralement, ou dans le ventre quand on est une femme en prime, littéralement (plombages, implants en tous genres, stérilets, couronnes, composites…)…

Alors, cadeau de naturopathe à la retraite, je vous offre une liste de quelques uns des symptômes les plus classiques d’électrohypersensibilité dans un lieu saturé de champs électriques hautes fréquences, comme La Cafetière, un soir de concert (wifi, smartphone, bluetooth…) – attention, on cumule rarement tous ces symptômes à la fois !

– Les yeux qui se plissent comme s’il y avait trop de lumière, larmoiement
– Maux de tête, vertiges
– Tachycardie, oppression, hypo/hypertension
– Somnolence, fatigue
– Troubles de la mémoire et de l’attention : sensation de devenir « Alzheimer », sénile (ex. :difficulté à faire des calculs de tête, désorientation, problèmes de coordination, on égare plein de choses, on perd nos mots au milieu d’une phrase, on devient mutique…)
– Chat dans la gorge, ou gorge qui se sert.

On notera qu’un bon nombre de ces symptômes peuvent être confondus avec ce qu’on appelle « émotivité », avec des symptômes soit-disant « psychosomatiques » (on est toujours très rapide à psychanalyser ce qu’on ne comprend pas).
Certains symptômes peuvent apparaître en différé, au bout d’un certain temps d’exposition ou après la surexposition. Il peuvent varier de minute en minute, en fonction de la puissance des smartphones qui se déplacent dans les poches autour de vous….
Tous ces symptômes peuvent devenir chroniques en cas d’exposition chronique et peuvent se dégrader en pathologies variées, ophtalmologiques, cardio-vasculaires, neurologiques, burn-out… Pathologies dont les médecins seront incapables d’expliquer la cause, ou bien, leur incompétence en matière d’électrohypersensibilité les amèneront à vous expliquer, avec beaucoup d’assurance, que « tout ça, c’est dans votre tête, allez voir un psy ! ».
Un électrohypersensible pourra ressentir ce genre de symptômes même en l’absence de champs électriques haute-fréquences, quand il est hors-sol, sur/dans de l’isolant électrique et/ou en présence de champs électriques basse fréquence (émis par toute installation/appareil électrique sous tension…), ou encore en présence de champs magnétiques, comme celui des moteurs en rotation (compresseur du frigo, machine à laver, voitures, tondeuses…).

Pour savoir si certains de nos symptômes sont dus à notre environnement électromagnétique, il faut faire un comparatif avec/sans pollutions, pour voir si les symptômes varient en fonction de l’environnement: aller en pleine nature, pieds nus ou en chaussures plein cuir, habillés uniquement de vêtements 100% naturels (ou à poil sur une plage naturiste!), avec zéro électricité/antenne relais/smartphone à 1km à la ronde, de préférence entouré de beaucoup d’arbres, qui font écran aux pollutions électriques émises par la « civilisation ».

Ce matin, alors que j’écris ce texte, je me rends compte que la pluie, qui menaçait hier soir, a fini par passer tout à fait, sans tomber. Le sol est toujours aussi sec qu’hier, les nuages semblent défaits, le vent à presque tout emmené, alors qu’il y a trois jours à la radio ils annonçaient la pluie et la fraîcheur tant espérées par les cultivateurs. Pluie qui tombe à torrent dans le Sud, mais pas encore ici.
A l’heure où l’on parle de « marcher pour le climat », il peut être bon de prendre conscience de tout ce qui nous retient de nous mettre « en marche », comme Emmanuel, ce qui nous retient de nous « sortir les doigts », comme dirait Michel Onfray depuis son AVC (un AVC peut laisser des séquelles cocasses, comme une grosse désinhibition).
Les boulets qu’on a aux pieds sont nombreux, pas étonnant qu’on traîne autant la patte à réinventer nos modes de vie pour les rendre plus compatibles avec la nature, notre nature. La bonne nouvelle c’est que, bons nombres de ces boulets, nous pouvons nous en libérer en appuyant sur un bouton (désactiver le wifi ici, le bluetooth là…), en achetant des chaussures plein cuir franco-françaises qui viennent de la Drôme (des Made In Romans), ou en allant acheter des vêtements et de la literie en matière naturelle pas chers chez Emmaüs, de préférence en faisant du covoiturage avec les voisins, en attendant de devenir capable de fabriquer nos propres vêtements, nos propres chaussures…
Et à terme, pour améliorer le bilan carbone des concerts en organisant des concerts 100% locaux, on deviendra peut-être un peu tous musiciens, comme bon nombre de nos ancêtres, qui n’étaient pas si « arriérés », ou « en retard » que la « modernité » voudrait nous le faire croire.

 

Quelques autres photos:

Compagnons d’aventure sans alcool.

 

Visite

 

Les roues, wheels.

Mes premières pommes: elles se gardent mal mais elles sont délicieuses! Peu acide, sucrées et parfumées.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s