Débuts jurassiens

Dans le sud du Jura, quasi à la frontière avec l’Ain, 1200m d’altitude.
Le petit chalet a 25 ans. Avec ses 16m2, c’est plus une cabane qu’un « chalet ». On l’avait quelque peu abandonné, faut dire. Depuis 2 ans, j’y reviens assez régulièrement, pour y passer 2-3 jours par ci, par là. J’ai assisté à sa construction, je vais contribuer à l’amélioration de l’aménagement intérieur et extérieur. Je vais m’y installer progressivement pendant quelques temps.
Quand j’y suis arrivée avec mes premiers cartons il y a une semaine, c’était la pleine saison des crocus et le début des jonquilles.

Une autre précoce, pas encore identifiée:

 

Il n’y a pas l’électricité, pas l’eau courante. Je suis contente de « sortir du nucléaire », pour de vrai, en tout cas lorsque je suis là-bas. Et pour le moment, je n’ai pas de gros réservoir d’eau, donc c’est moi qui « coure » pour aller chercher l’eau aux toilettes publiques du village, à 10 minutes à pied. Ca force à économiser l’eau, et ça aussi, c’est une bonne chose.

Je vais apprendre à vivre en respectant au mieux la Vie, la Nature, au plus près de mes valeurs de naturo hippie écolo petite punk à fleur, tout ça tout ça…

J’ai des WC chimiques dont je ne suis pas très contente et dont je me sers le moins possible. Faut que je trouve un produit adapté le plus écolo possible (à base d’huiles essentielles, ou de bactéries?).
J’ai aussi un poêle à pétrole dont je ne suis pas très contente non plus, j’ai envie de faire installer un poêle à bois.
Il y a encore une lampe à gaz, quand j’ai besoin de beaucoup de lumière, et puis la gazinière (le crudivorisme total en cet saison sous ce climat, c’est juste pas possible pour moi).

Pour le reste, je commence à tester des solutions alternatives:

Lampe à led, solaire et à dynamo.
Radio solaire et à dynamo.
Réveil à eau.

J’adore cette petite boule.

Le soir, quand le soleil donne, la température devient franchement agréable.

Le matin, fait encore frais, et puis on a le soleil tard (orientation sud-ouest). 12° au levé, ce fut la température matinale la plus douce de mon séjour. 8-9° au réveil, ça reste très vivable, même pour une grande frileuse, quand on est bien couvert et qu’on a de quoi boire chaud.

Politique de vie, politique de l’oignon.
Le manteau en cuir, c’est de la « récup ». Un don d’une amie de la famille. Il est fourré à je ne sais pas quoi, et il est trop grand pour moi, mais du coup je peux mettre plein de choses en-dessous. C’est un vrai manteau magique, qui tient divinement chaud. Quand je le porte, j’ai la sensation d’être une princesse mongole.
En plus de la double couche de pulls, j’ai aussi une chemise en laine et soie, et un caleçon en laine et soie. Très efficaces, surtout quand on les fait travailler comme ça en équipe.
Utiliser des matières animales pour se tenir chaud est cohérent, pour moi, ex-végétalienne. Maintenir en vie l’animal avec l’animal, c’est cohérent. Comme les Sami, les Toungouze, les Esquimaux, etc… Quand on a froid, nécessité fait loi et il y a très peu de vêtements en matière synthétique/plastique qui satisfassent à mes exigences sensorielles. J’ai bien un coupe-vent très efficace, qui retient aussi bien la chaleur qu’il me coupe du vent, mais il est insuffisant pour résister à des température basses sur le long terme, il ne « réchauffe » pas comme ce manteau. Et je n’ai aucune envie d’investir dans plus de plastique. Je veux du naturel. Et puis le plastique est un isolant sur le plan électrique. Je ne veux pas être isolée, je veux être connectée.

Et puis je commence à décorer:

La déco, ça m’est indispensable pour me sentir un minimum chez moi. Ce poster de Klimt, je le tiens d’une coloc grenobloise. Il présidait à nos soirées.

J’ai aussi eu envie de commencer les expérimentations culinaires, je vous présente ma galette Casimir:

Autrement dit, c’est une galette de sarrasin à la banane.
Mes 3 ans de mes végétalisme m’ont appris qu’on peut remplacer les oeufs par une banane écrasée.
La banane m’a fait penser à Casimir et à son gloubiboulga.
Donc on a:

1 banane mûre (pas verte ni jaune fluo) écrasée.
50g de farine de sarrasin.
Environ 2 cuillère à soupe d’huile d’olive.
Une pincée de bicarbonate de soude.
Le tout cuit à feu doux, à couvert, à la poêle.
J’aurais pu l’allonger avec de l’eau, mais j’ai eu envie d’essayer comme ça.

Ah, j’ai oublié de prendre en photo ma « douche de camping » de fortune: une bonne vieille poche à lavement.
On fait feu de tout bois.

Il y a un point wifi au village, donc je pourrai donner des nouvelles de temps en temps, en « live ».

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s