Illégal, so what?

Samedi soir, dans le train, il y avait un métalleux. Tout tatoué, cheveux longs, blouson en cuir, pantalon façon treilli, marteau de Thor et tête de mort à la ceinture, tout l’attirail, sauf pour les chaussures: des dolce & gabbana, là j’ai pas trop compris, j’avoue, je ne savais pas que D&G c’est « rock’n roll », bref. J’ai hérité des 3 albums 33 tours qu’il a oublié en descendant à Aix Les Bains. Si vous avez un pote métalleux tête en l’air à aix les bains, on ne sait jamais, ça pourrait l’intéresser.

Bref, tout ça pour dire que ce métalleux m’a rappelé qu’à une époque j’écoutais du Metallica, du Tool et du Nine Inch Nails et que je regardais les émissions « métal » sur les chaînes TV du « câble » tard le soir. Je n’aimais pas trop les trucs du style craddle of filth, les trucs vraiment « death » ou « black », mais bon, bref, un des plus grands moments de télé que j’ai eu l’occasion de voir en direct live à l’époque, c’est la performance de Metallica aux MTV Music Awards en 1996. A l’époque, MTV commençait à « biiiper » les gros mots dans les chansons, les interviews… Et voilà Metallica qui débarque, je crois me souvenir qu’ils avaient donné une setlist bidon à la production et donc à la surprise générale, et pour le plus grand plaisir jubilatoire de tous les métalleux et rock’n rolleux , ils ont joué ça:

So What? Une chanson punk passablement, euh, vulgaire, disons, pleine de fuck, fuck, so fucking what?!

Le métalleux du train, il m’a rappelé tout ça, que j’ai un petit côté métalleux qui remue encore un peu en moi. Un petit côté punk.
J’écoute beaucoup moins de métal qu’avant, par contre je m’intéresse concrètement de plus en plus à des trucs qui sont interdits, illégaux.
L’accompagnement sexuel des personnes handicapées, ça fait parti de ces trucs actuellement illégaux en France, mais « reconnus » ailleurs, qui moi me « parlent » énormément.
C’est en parti ces intérêts pour des trucs illégaux qui m’amène à commencer à envisager l’expatriation, d’ailleurs. L’autre raison c’est que j’ai de plus en plus envie de soleil, de beaucoup de soleil, façon soleil du désert d’Arizona, ce genre de soleil-là. A la rigueur la Corse pourrait peut-être faire l’affaire sauf que ça reste la France, ou alors la Sardaigne, ou l’Espagne?… Mais bon, on verra.
L’accompagnement sexuel des personnes handicapées, je m’y intéresse parce que la sexualité selon moi est un outil de développement psycho-émotionnel majeur et que les personnes handicapées sont susceptibles d’y avoir encore moins accès que la moyenne. Parce qu’un fauteuil roulant sur meetic, c’est loin d’être tendance, par exemple et que faire appel à des « prostituées », ce n’est pas franchement ce qu’il y a de plus valorisant (à moins qu’on ait les moyens de faire appel à des professionnelles « haut de gamme », peut-être? Mais avec l’AAH, comment dire…).
Je me base bien sûr en partie sur mon expérience de personne souffrant d’un « handicap social », d’une part, et de mes expériences pro au près de personnes handicapées d’autre part.
Mais bon à la limite, ce n’est pas ça le sujet central. Je m’intéresse à tout ce qui peut faciliter l’épanouissement de soi, tout ce qui peut fertiliser notre croissance en tant qu’être humain qui se tienne debout – et le « fertilisant », justement, ce n’est pas toujours tout beau tout propre et aseptisé, hein, bref, et une certaine rage me prend quand je vois que des outils de facilitations de cet épanouissement sont considérés comme « illégaux », diabolisés, mis au rebut par des gens qui ont réussi à se débrouiller tant bien que mal sans trop de mal ou bien au contraire qui sont tellement ratatinés recroquevillés dans leur coin qu’il leur est intolérable que des gens puissent vouloir se sentir bien dans leur basket, un peu plus qu’eux n’y parviennent.
Non dans la vie il faut être malheureux, il faut en chier, et plus tu en chies mieux c’est, plus c’est noble et valorisant (surtout pour ton égo), bref, morale judéo-chrétienne à fond, et les athées matérialistes ne sont pas les derniers à la promouvoir.
Ou à la rigueur, on a le droit de se bourrer la gueule, de fumer, de se gaver de bonbons, bref de s’intoxiquer pour « oublier » ou « atténuer » les peines, de se mitonner de bons petits cancers, parce que ça c’est légal, ça va, ça reste « dans les clous » (de la crucifiction)?!
Bref, dans la vie je pense qu’on en « chie » tous plus ou moins. Ok. C’est la vie, comme on dit. Soit on s’y fait, on tente d’y trouver rime et raison, de trouver une interprétation valorisante à tout ce schmilblick – accepter d’en chier pour l’honneur, en somme, ou bien en martyre, bref se résigner, soit on finit par fatiguer et par en avoir un peu ras la casquette d’en baver autant. Personnellement, c’est mon cas: ça me pèse de plus en plus tout ça, cette peine, ce labeur, ce « tout ça pour ça » et ces conseils pourris qu’on se permet de me donner, du genre « tu devrais retourner voir un psy, visiblement 8 ans et dix mille euros de thérapie, non, ça t’a pas suffit, va falloir que t’en remettes une couche, va donc faire un emprunt à soffinco: ils financent les terroristes, pourquoi pas les névrosés? ».

 

Alors bien sûr, la discipline a du bon, la sueur qu’on verse à « travailler sur soi » fait pousser de jolies roses et à force de pratique acharnée, même les métalleux peuvent finir par réussir à jouer avec des orchestres symphoniques…

Mais la discipline et l’effort ont leurs limites.
Aux USA, des gens acceptent de « jouer » les cobaye pour des thérapies facilitées par les psychédéliques. Certains de ces volontaires sont en fin de vie, rongés par le cancer, certains expliquent qu’une ou deux sessions de ce genre équivaut largement à plusieurs années de psychothérapie « normale » sans « facilitant ».
Et il faudrait leur dire, à ces personnes qui sont sur le point de casser leur pipe, que leur technique est illégale, donc caca boudin, donc qu’ils devraient plutôt mourir malheureux dans l’angoisse, histoire de rester dans les clous de la loi?
Et ce sont des gens bedonnants payés plusieurs milliers d’euros par mois pour faire la sieste à l’assemblée qui le disent, donc ça doit être vrai, juste et bon?

Pardon mais… Comment dire… J’ai un cerveau.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s