Kathleen Harrison et la Salvia divinorum

Kathleen Harrison, ethnobotaniste américaine, au « World Psychedelic Forum », à propos de la Salvia divinorum (date de mise en ligne de la vidéo: 2008):

« Il y a eu beaucoup de discussions récemment au sujet de la Salvia divinorum… Ou depuis quelques années… Mais plus particulièrement en ce moment, depuis deux semaines, c’est un sujet important aux Etats Unis. Il est prévu que la salvia soit réglementée. Il y avait eu une rumeur il y a longtemps selon laquelle elle allait être régulée et rendu illégale, du moins sont composé actif, la salvinorine, mais pas la plante. Mais dans l’Amérique moderne, nous avons des adolescents déchaînés qui se filment, en train de faire les fous, de faire des choses dangereuses après avoir utilisé, fumé de la salvia de différentes façons, et qui postent ça sur youtube, de façon à ce que tout le monde puisse le voir et tout cela est arrivé jusqu’à Washington DC et donc cette plante aussi va devenir illégale. (…)

1’05: Présentation d’une photo de salvia divinorum, qui ne pousse [à l’état naturel] que dans la région Mazatèque, au Mexique.
« Son champ d’action va de ne rien faire du tout, selon certains expérimentateurs présents ici, jusqu’à pouvoir tout faire (…) et des expériences bizarres, pas « bonnes », parfois mauvaises et (avant tout?) bizarres, c’est ce qu’on entend le plus souvent mais je suis convaincue que c’est parce que ce n’est pas fait de la bonne façon et donc je vais vous parler de ce que j’ai appris des mazatèques qui sont le seul peuple sur cette planète qui a pour tradition de l’utiliser, autant qu’on le sache.

1’38: présentation d’une photo représentant une feuille pleinement développée [plus longue qu’une main d’adulte]
1’45: présentation d’une photo d’un bouquet de salvia représentant « une dose » pour les mazatèques, dose qui doit être composé de 39 paires de feuilles. « Si vous mâchez de la salvia fraîche, ce qui est leur façon de la consommer, cela fait une grande quantité de feuilles à mâcher.
Mais il n’y a aucun doute là-dessus c’est une véritable expérience et pour moi c’est une expérience étonnement belle.

Donc je vais vous donner mes conseils les plus sincères- et s’il vous plaît, transmettez-les!

Elle est féminine [« female »], « oaste la pastroa », « ska pastora », c’est son nom en mazatèque. « Pastora » est la bergère, celle qui garde/surveille, un peu différente de (la Vierge?) Marie, un peu plus en bordure du monde, un peu plus sauvage. La plante pousse dans de petites clairières, dans les bois, où il fait humide et où la lumière est tamisée. Elles ne pousse pas dans les jardins. Ils ne la cultivent pas dans les jardins, ils la cultivent à l’écart des sentiers, de façon à ce que les étrangers qui passent ne la voient pas et ne la ramassent pas, de façon à la garder propre (…?). Elle est très timide, elle est très puissante mais elle est très timide, elle est comparée à la biche [« deer »], qui vient à la limite de la vallée, du jardin et si vous faites du bruit, elle sursaute et s’enfuit. Et les mazatèques se comparent aussi à la biche [« deer »: biche, chevreuil, cerf].
Ils disent qu’elle aime être au frais et humide, la plante, la déesse en elle aime être au frais et humide, aussi lorsque je les ai informé qu’aux Etats Unis, des gens sèchent les feuilles et les fument, ils ont été consternés que des gens en sèchent les feuilles parce qu’elle [la salvia] n’aime pas ça et ils étaient doublement consternés que des gens fument ces feuilles. Ils disent que, tout d’abord, cela ne marchera pas, que cela l’offensera et qu’elle ne se montrera pas, et quoi que vous obteniez, ce n’est pas elle et que c’est du « mauvais karma » – bien qu’ils n’utilisent pas le mot « karma ». C’est le genre de choses qu’ils ne font pas, c’est une offense aux divinités, ils appellent cela une offense à une divinité.
Vous devez l’honorer en la laissant pousser de la façon dont elle aime pousser, en la nourrissant et en la protégeant et quand vous cueillez ses feuilles, vous dites merci et vous placez les feuilles sur votre autel et après quelques heures laissées sur l’autel vous les roulez en une sorte de grosse salade roulées en « cigare » et dans le noir, dans le noir complet, avec quelqu’un pour vous surveiller… Ils s’assoient… La première fois qu’ils m’en ont donné, et la seconde fois, ils se sont assis très près de moi, de chaque côté, nous trois faisant face à l’autel et nos genoux se touchant presque. Et je me suis dit « nous avons pris des champignons ensemble, d’habitude ils ne s’assoient pas aussi près », mais plus tard j’ai compris pourquoi.
Et vous devez demandez, comme toujours dans toute cérémonie, vous devez préciser vos intentions, demander à rester qui vous êtes, et demander à ce qu’elle vienne et dire ce pour quoi vous avez besoin d’aide. Et cette sorte de prière en murmure à laquelle vous revenez sans cesse, peu importe le langage, cela n’a pas d’importance, encore et encore, ce que vous demandez, pour garder vos yeux « sur la balle », gardez à votre esprit ce pour quoi vous êtes là, demandez à ce qu’elle vienne, demandez un présent, une faveur, et vous n’êtes pas là juste pour voir ce qui va se passer, vous êtes là pour demander quelque chose et c’est ce qu’elle peut vous apporter, si tout le reste est bien fait: vous ne devez pas avoir eu de rapport sexuel durant 3 jours avant et après la cérémonie, vous devez manger jusqu’au dernier morceau de feuille qu’on vous a donné, même si vous pensez que vous en avez eu assez…

… La suite:

« Et ne riez pas.
Si quelqu’un ressent la salvia comme quelque chose qui donne un fou rire incontrôlable, à cause de l’absurdité des choses, si vous venez de vous transformer en peinture qui goutte à travers le plancher et que maintenant vous êtes une tâche de peinture sous la maison, c’est le genre d’expérience bizarre typique dont j’ai entendu parler, l’absurdité. Je connais un moine bouddhiste qui en a prit, qui en a fumé une fois, et il est tombé passionnément amoureux de son grille pain et ça l’amusa tellement qu’il s’est retrouvé par terre en train de rire et quand il a émergé, il n’avait pas fumé depuis des dizaines d’années et il s’est demandé ce qui lui était arrivé. Ca peut arriver, c’est amusant, et c’est même intéressant mais ce n’est pas la relation qu’on a avec l’esprit de cette plante.
Je pense vraiment que ces plantes co-évoluent avec nous, avec notre conscience… je pense que le monde des plantes et l’esprit humain co-évoluent ensemble, et que cette relation est déjà là et… Des gens ont évoqué le champ morpho-génétique, ce champ est là pour qu’on y entre et si vous suivez les façons de faire qui ont été cultivées par les gens qui savent comment avoir la plus profonde, la plus pure relation avec l’un de ces esprits… C’est la raison pour laquelle j’étudie ces traditions…
Je suis fascinée par les façon de voir le monde, je suis une intellectuelle (?). (…?) Je veux avoir moi-même cette authenticité d’expérience avec ces espèces [végétales] et je sens que ces peuples, de différentes cultures, qui le font et le transmette depuis si longtemps, ont vraiment compris cette technologie, cette technologie spirituelle, cette technologie comportementale pour entrer en relation avec ces espèces et pour en obtenir le meilleur résultat. Le meilleur résultat consistant en un rééquilibrage de soi qui permet de faire dans le monde un travail qui soit aussi rééquilibrant.
Je pense sincèrement que, que vous vous considériez comme un guérisseur ou pas, si vous êtes impliqués dans les psychédéliques, et vous êtes là à cette conférence, alors vous êtes un guérisseur. Un guérisseur de la culture. Nous sommes ici ensemble à la pointe de de qui est en train d’arriver et nous sommes tous en train d’essayer de comprendre comment devenir plus conscient et (…?) et si nous avons le courage – comme nous semblons l’avoir en étant ici, de regarder ces plantes et d’en parler ouvertement les uns aux autres alors… Vous savez, nous avons la volonté de plonger dans les grands fonds de la conscience, comme de plonger dans une piscine, pour voir ce que nous pouvons apporter à ce problème: que la race humaine soit en train de dégénérer, que la biodiversité soit en danger, quoi que ce soit, des épidémies… Nous ignorons ce qui va se passer et il se pourrait fort que cela s’aggrave avant que cela s’améliore… Mais à toutes les époques, il y a eu des groupes de personnes qui se sont chargées du travail de guérison, des groupes de personnes qui comprenaient quelque chose et qui ont continué à agir au mieux de leur capacité pour rendre le tableau un peu meilleur, pour aider ceux qui souffrent, pour ré-harmoniser la conscience collective, pour trouver de la joie dans le moment présent, à travers la musique ou la beauté ou quoi que ce soit que nous enseignions… Et donc je nous vois tous comme des guérisseurs en train d’essayer de trouver comment comprendre le langage de ces plantes – et j’inclus le LSD dans le lot, ces médecines que  nous sommes bénis d’avoir découvert, à ce moment si improbable où nous avons tous divorcé de nos racines et pourtant nous voilà, chanceux d’être en vie même à une époque douloureuse, parce que regardez ces outils, regardez cette information, regardez comment nous pouvons nous rassembler pour en parler…

Nous nous sommes écartés du sujet… Je sens que cette sorte de bonne relation avec…
La Pastora est un de mes grands alliés. Elle est juste un miracle, et donc je vous encourage à transmettre un comportement consciencieux, aux plus jeunes en particulier parce qu’ils en ont besoin…
Et vous savez pourquoi ils se sont assis si près de moi [pendant les premières prises de salvia]? Parce qu’il y a environ… C’est mon estimation, basée sur mon expérience… Il y a ce que j’appelle « le facteur fuite » [« the bolt factor »]: environ 10% des personnes qui prennent de la salvia, quelque soit la forme, se lèvent, partent et ils n’ont aucune idée de l’endroit où ils sont ni où ils vont, ils n’en auront aucun souvenir plus tard, ils passent la porte, ils peuvent sortir dans la rue… Combien de personnes ici ont vu ce genre de chose arriver?
[regarde combien de gens répondent dans la salle]
Oui, donc peut-être environ 10% l’ont vu… Et c’est pourquoi ils s’assoient si près et pourquoi ils disent « ne le fais pas seul », pourquoi ils surveillent la personne qui le fait… Et ils ont de la salvia toute l’année, elle pousse toute l’année, pas les champignons, ils préfèrent les champignons pour cette raison: ils disent qu’avec les différentes variétés de champignons qu’ils utilisent, ils savent qu’ils peuvent aller loin dans la cérémonie, emmener des patients loin dans la cérémonie, dans le domaine de ce qui va mal et de la façon dont il est possible d’améliorer les choses, et ils reviendront au matin, les deux pieds sur terre, sain d’esprit et prêt à aller planter leur maïs. Avec la salvia, ils ne sont jamais sûrs. Il y a un certain pourcentage qui ne revient simplement pas, qui « part »…
Et c’est une des raisons pour laquelle c’est une médecine puissante avec laquelle on doit être extrêmement prudent. »

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s